PME et START-UP, comment gérer sa croissance ?

Please follow and like us:
Facebook
Google+
https://equinoxegfi.com/croissance/
LINKEDIN

« Une petite impatience ruine un grand projet » – Confucius

Une croissance à deux chiffres peut faire rêver. Toutefois, cela peut virer au cauchemar. La difficulté est d’avoir suffisamment de visibilité sur le chiffre d’affaires, la rentabilité et surtout la trésorerie. Comme tout projet, il est important d’agir avec rigueur. Dans un premier temps, je vais vous exposer les risques d’une croissance subie. Puis, je vous présenterai les principes de bonne gestion pour être acteur du développement de son entreprise, ainsi que les solutions possibles aux problèmes rencontrés.

Les risques pour l’entreprise

 1. Des problèmes de trésorerie

L’accélération du carnet de commande ou encore la signature d’un grand projet peut entraîner des besoins de trésorerie. Cela peut mettre en danger la pérennité de l’entreprise. Effectivement, une société rentable peut être en défaut de paiement. Il important de prendre en compte les implications engendrées par le développement de l’activité. En effet, le risque peut résulter de l’absence de prise en compte ou la sous estimation des facteurs suivants :

  • le décalage de trésorerie résultant des délais de règlement client et fournisseur. L’acquisition de nouveaux marchés accroît le besoin en fond de roulement et donc de trésorerie. En effet, pour répondre à la demande vous devez acheter les matières premières (ou marchandises), puis  fabriquer (payer les salariés à la fin du mois), alors que le règlement de votre client aura lieu 45 ou 60 jours après la livraison des produits finis (ou marchandises).
  • le financement des investissements pour accroître la productivité, respecter le délai de livraison et acquérir de nouvelles compétences…

2. Des problèmes de qualité

Le challenge d’une croissance importante est d’avoir la même qualité des biens et de services alors que le nombre de produit à fabriquer augmente de 50% par exemple. Une mauvaise gestion de la qualité perçue est préjudiciable pour l’image de l’entreprise. Il est important d’identifier les conséquences de la croissance sur la qualité pour faire les ajustements nécessaires, les investissements ou autres.

3. Des tensions au sein des équipes avec un impact financier non négligeable

Une croissance de l’activité peut entraîner au sein des équipes une surcharge de travail, des ordres contradictoires, des moyens insuffisants, l’absence de marge de manœuvre. En bref, ça devient un mode de travail, qui s’appelle l’URGENCE PERMANENTE. Or, les conséquences pour les salariés sont des troubles de la concentration, irritabilité, nervosité, fatigue importante. Ces effets sur les salariés ont un impact sur leur santé, ainsi que sur le fonctionnement de l’entreprise (absentéisme, turnover, ambiance de travail…). Ces dysfonctionnements entraînent des coûts importants. A titre d’exemple, un turnover élevé génère des dépenses significatives de recrutement et formation. De plus, cela se traduit par une baisse de la productivité. Et oui, un salarié heureux et un salarié productif car motivé !

A tout problème, une solution !

« L’habituel défaut de l’homme est de ne pas prévoir l’orage par beau temps. »

Machiavel – Philosophe (1469 – 1527)

1. Se doter d’un budget de trésorerie

Mettez en place un budget de trésorerie pour prévoir son évolution et anticiper. C’est un outil utile pour toutes les phases de l’entreprise (création, développement, crise, redressement).

L’anticipation vous donne le temps nécessaire pour trouver des moyens de financement appropriés avec sérénité. De plus, c’est rassurant pour vous et votre banquier, car vous conforter votre image de gestionnaire averti.

Pour faire face aux besoins de trésorerie, plusieurs solutions existent, comme par exemple :

  • L’endettement auprès des banques ou de la BPI ;
  • L’affacturage ;
  • La remise à l’escompte ;
  • Demande d’un acompte ;

2. Mettre en place des solutions informatiques de gestion pour gagner en agilité

Pour répondre aux besoins des clients et faire circuler l’information dans l’entreprise, il est vital d’investir dans des solutions informatiques, comme un CRM, une gestion commerciale, une GPAO (gestion de production assistée par ordinateurs) etc… N’oubliez que l’information fait partie des richesses de l’entreprises ! De plus, ça apporte de la visibilité.

En effet, les solutions informatiques permettent de :

  • piloter votre activité grâce à des solutions de tableaux de bord et logiciels comptables;
  • renforcer la relation client pour optimiser le processus de vente, notamment avec un logiciel de gestion commerciale et de CRM ;
  • optimiser la collaboration de vos équipes en partageant l’information ;
  • gagner en productivité en automatisant les traitements administratifs et comptables.

3. Renforcer l’organisation

Le dirigeant dispose de plusieurs outils pour gagner en flexibilité et s’adapter aux changements.  La dynamique du changement repose sur la mise en place d’une organisation basée sur le concept d’amélioration continue. La gestion des compétences est essentielle.

Les solutions peuvent être :

  • une nouvelle répartition des missions ;
  • le recrutement des collaborateurs ;
  • la consolidation du management en mettant en place du contrôle de gestion et/ou en recrutant des managers ;
  • l’internalisation ou externalisation de certaines fonctions.

Conservez l’état d’esprit start-up, c’est-à-dire agilité et flexibilité. L’entreprise doit s’organiser tout en demeurant agile pour s’adapter à son environnement.

En résumé

Une mauvaise gestion de la croissance provoque des risques financiers, d’images… Pour concrétiser mon écrit, je vous invite à lire l’article « Gérer une start-up en hypercroissance« . Il fait référence à des situations rencontrées par des start-up qui ont dû s’adapter à l’hyper-développement de leur activité.

Article rédigé et publié par Laurent PHILIPPE consultant en contrôle de gestion.

Please follow and like us:
Facebook
Google+
https://equinoxegfi.com/croissance/
LINKEDIN